A croire que tu vas me rendre folle a me fixer comme ça. [PV Mr le Dirlo.~ | Ayden ♥] {A peine commencé déjà terminé ! ♥}
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Psychique, entrez dans le monde de Mystic Hall, où seuls les détenteurs de la Marque connaissent votre secret.
 

Partagez | 
 

 A croire que tu vas me rendre folle a me fixer comme ça. [PV Mr le Dirlo.~ | Ayden ♥] {A peine commencé déjà terminé ! ♥}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


MessageSujet: A croire que tu vas me rendre folle a me fixer comme ça. [PV Mr le Dirlo.~ | Ayden ♥] {A peine commencé déjà terminé ! ♥}   Sam 5 Nov - 14:41

Il était une fois une petite peste. Un fille assez naïve sur la vie dirons nous. Mais elle rêvait de liberté. Une liberté qu’elle n’obtiendrait qu’en défiant l’autorité. Elle aimait parcourir les montagnes vertes, frottant son visage au vent plutôt que de dormir sur des cahiers empestant l’encre. Elle aimait dormir contre John plutôt que d’entendre ces multiples chuchotements autour d’elle. Elle préférait passer la journée dans ses draps à écouter la musique d’avant plutôt que de devoir supporter le regard toisant des professeurs. La vie était belle quand on n’y pensait. Mais elle la désirait encore plus belle. Elle voulait partir … partir loin d’ici. Même si au fond d’elle .. elle savait que rien ne s’offrait a elle. Des champ de fleurs en multitudes, un air frais. Et surtout un sommeil infini …

Mais ce rêve utopique n’est que trop éloigné de la douce réalité. Il est si loin qu’on ne peut l’atteindre que pendant la nuit. Dans les draps, elle gigote. Il n’y a plus le temps d’un sourire. Tout est effacé par un réveil incertain et douloureux. Sa main serre la couverture. La pièce vide semble se refermer sur elle. Elle est bien seule en vérité. Et si tout ceux qui cherchaient la porte de secours, unis en prison, mais séparés après l’évasion. La liberté est vaste. Alors que fera t-elle ? Perdue dans ce monde inconnu ? Un monde qu’elle prétends connaitre. Retourner chez papa maman ? ces adorables parents. Représentants de lâcheté ! Couronnés même ! Il n’y a maintenant plus d’échappatoire. Il faut se battre. Pour montrer qu’on existe, dans ce grouillements d’humains.

C’était une journée ensoleillée. La demoiselle éveillée se tenait prête pour une fois a affronter les cours. Mais c’était dommage de gâcher un temps pareil. Pourquoi ne pas courir dans les couloirs en riant ? Pourquoi ne pas voler de la nourriture au réfectoire pour la manger dans l’herbe ? Pourquoi ne pas rire tous ensemble plutôt que de s’embêter a apprendre des choses qui ne serviront a rien ? Elle avait décidé de le faire ! Alors elle le ferait ! C’était décidé !

A peine dans le jardin de bon matin, qu’on voit débarqué un sybillin. Des chuchotements se firent entendre parmi la foule d’oublié. Le jeune homme regarda la jeune fille qui d’un gloussement, montra sa moquerie. Il lui fit communiquer une chose qui lui glaça le sang. Une convocation chez un des dirigeants. Le directeur pour être plus précis. Haha, le roi envoie un de ses sujets pour se plaindre d’une pauvre paysanne qui ne se tient pas sage dans le peuple, le bas monde ? Pas si innocente la paysanne. Elle soupira. Ça l’agaçait fortement de devoir écouter les sermons. Surtout qu’elle n’en faisait qu’à sa tête.

Elle regarda les autres et partit en courant. Ses cheveux ondulaient comme des spaghettis en cascade. Elle cherchait les bureaux de l’administration, passa devant celui de Lena, la petite sainte-nitouche et tira la langue a la porte. A quoi cela servait-il ? A rien mais ça fait du bien. Dans le couloir suivant apparut la porte du directeur. « Ayden … » Ce prénom résonnait dans sa tête comme un tambour. Un bruit étouffant et sourd, qui faisait vraiment mal a la tête. Aussi douloureux qu’un sentiment qui hante l’esprit.

Elle toqua doucement a la porte. Il n’y eut aucune réponse. Elle tenta alors de l’ouvrir, rien. La demoiselle aux airs impatients commença doucement a s’énerver, se retenant d’enfoncer la porte. Elle s’assit contre le mur et attendit … attendit … attendit en vain jusqu'à ce qu’une silhouette vint se montrer.

« Bordel ! C’est pas trop tôt ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Co-fondateur et Directeur
Co-fondateur et Directeur



MessageSujet: Re: A croire que tu vas me rendre folle a me fixer comme ça. [PV Mr le Dirlo.~ | Ayden ♥] {A peine commencé déjà terminé ! ♥}   Sam 5 Nov - 15:34

Le temps était orageux. La pluie était tombée la veille au matin et elle ne s'était pas arrêtée depuis. Les gouttes venaient s'écraser lourdement sur le toit de la maison Ayling, sans pour autant perturber le seul dormeur qui y était. Ayden Yaël Ayling de son nom complet ne s'inquiétait pas le moins du monde du mauvais temps, préférant dormir sans se soucier du reste. Reste qui, entre autres, comprenait ses fonctions de directeur. Cela dit, si Lena ne l'avait pas réveillé avant de partir, c'était qu'il n'avait sûrement rien de bien intéressant le matin même et donc qu'il pouvait continuer d'hiberner jusqu'à midi. Ou peut-être pas, en fin de compte.

Le jeune homme se réveilla brutalement en grognant, favorisant largement les réveils en douceur. Il regarda l'heure, à moitié dans les vapes et les yeux à côté des trous. Onze heures et demi. Il reposa sa tête sur l'oreiller, soupirant. Il était en retard. Il avait convoqué la demoiselle Onaë dans son bureau pour lui remonter les bretelles, histoire qu'elle comprenne que faire des conneries à longueur de journée n'assurerait pas son avenir mais il l'avait oubliée. Et n'ayant pas prévenu sa sœur de son rendez-vous matinal, celle-ci ne l'avait pas réveillé. Cela lui apprendrait à toujours se reposer sur Lena au lieu d'émerger par ses propres moyens ! Elle ne pouvait pas être tout le temps sur son dos et il était peut-être enfin temps qu'il apprennent tout seul. Peut-être.

Soufflant et agacé, Ayden se leva en prenant son temps, malgré son retard flagrant. Après tout, un peu plus ou un moins, personne n'y verrait de différence. Et puis, il était le directeur. On ne lui en voudrait sûrement pas. (A part la demoiselle qui devait être en train de l'attendre mais autant considérer ça directement comme une mise à l'épreuve. Elle était convoquée, elle attendait. Point final.) Il prit une douche rapide, s'habilla aussi décontracté que d'habitude (c'est à dire pantalon noir, chemise blanche ouverte de quelques boutons et non rentrée dans le pantalon ...) malgré le rendez-vous (autant garder sa réputation de directeur irresponsable) et but un verre de jus d'orange.

Parapluie en main, un manteau sur le dos, il partit enfin en direction de son lieu de travail. Il croisa quelques adultes qui le saluèrent aimablement, quelques enfants trop jeunes pour aller à l'école et qui jouaient malgré la pluie et un Sibyllin qui l'accompagna jusqu'au Manoir. Arrivé là-bas, ils se séparèrent et Ayden se dirigea vers son bureau où attendait devant la porte une silhouette assise contre le mur. Laëstiel Onaë, Oubliée. Et fouteuse de troubles. Un grand sourire éclaira son visage et il la salua.

« Bordel ! C’est pas trop tôt ! »
« Salut ! Désolé pour le retard, ma sœur a oublié de me réveiller. »

Rejeter la faute sur sa sœur, comme c'était lâche. Enfin, vu le ton légèrement moqueur qu'il avait pris, nuancé de la tendresse habituelle quand il parlait de Lena, ce n'était pas vraiment un acte lâche. Mais surtout une blague idiote. Il ignora royalement l'exclamation vulgaire qu'elle avait lancé à son arrivée et ouvrit la porte de son bureau, l'invitant galamment à entrer la première.

« Je t'en prie. »

Puis, dès qu'elle fut dans la pièce, il referma derrière lui et se composa un visage sérieux. Il était temps de prendre ses responsabilités à pleines mains. Et puisqu'il l'avait convoquée, ce n'était pas pour lancer des vannes vaseuses et taper la discut'. La porte claqua sèchement. Laë venait de pénétrer dans la cage aux lions avec Ayden en principal prédateur. Son visage n'avait plus rien d'affable et d'amical. Même sa chemise entr'ouverte n'arrivait pas à adoucir son expression. Il prit place dans son grand fauteuil en cuir et invita Laëstiel à faire de même d'un léger signe de tête. Il se racla la gorge. Et prit la parole.

« Bon. Mademoiselle Onaë. Je suis parfaitement persuadé que tu sais pourquoi tu es ici mais je vais t'en faire une liste, histoire que tu comprennes un peu mieux : tu sèches à peu près tous tes cours, tu fais des tags sur les murs, tu prends part à de nombreuses bagarres, tu dégrades le matériel et les Sib' sont souvent obligés de venir te chercher pour que tu passes en salle du Ponctionneur. Et j'en passe. »

Sa voix était grave, sévère. Inflexible.

« Et pour tout t'avouer, je commence à en avoir marre. Si les Oubliés ne faisaient pas autant de conneries, je suis presque certain que j'aurai pu les apprécier. Mais vous dépassez les bornes. Maintenant, ça suffit. Je te prends toi, pour le moment, car tu es celle qui trouble Mystic Hall le plus avec Jude. Les autres passeront après toi. »

Il l'observa en silence. Attendant une quelconque réaction de sa part. Il l'examina rapidement, remarquant que malgré son apparente assurance, elle était mal à l'aise. Elle était chez l'ennemi, évidemment. Personne n'aimait entrer dans le bureau du Directeur quand celui-ci avait quelque chose à reprocher. Il nota également qu'elle était plutôt mignonne et que c'était vraiment dommage qu'elle soit aussi perturbatrice. Il esquissa un sourire légèrement moqueur. Et maintenant ? Comme la proie allait-elle réagir ? La suite promettait d'être intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


MessageSujet: Re: A croire que tu vas me rendre folle a me fixer comme ça. [PV Mr le Dirlo.~ | Ayden ♥] {A peine commencé déjà terminé ! ♥}   Sam 5 Nov - 17:15

Il avait un culot ! Non mais vraiment ! Il avait osé arriver en retard alors qu’il osait la convoquer. Elle le toisa du regard, agacé par son comportement et le suivit en grognant légèrement. Elle mit ses cheveux en arrière et observa son visage. Le bureau avait une allure strict et sévère. Comme le visage du jeune homme d’ailleurs. A y remarquer de plus près, c’est vrai que son expression avait changé. Pourquoi ? Pourquoi lui glaçait-il le sang a ce point ?

Elle poussa d’un coup de main mental cet impression et continua d’attacher ses cheveux en ses deux couettes habituelles. Ses mèches châtains tombaient délicatement sur sa poitrine, jusqu’au bas du ventre. Elle fixait le directeur d’un air arrogant, impulsif, comme si elle se méfiait de lui. Comme si elle allait lui sauter dessus. Si elle n’était pas en guerre contre lui, elle le ferait peut-être, mais dans un sens bien autre. Hum. Vous aurez compris, passons.

C’est vrai qu’il était plutôt pas mal sous ses airs de chef impassible. Ses yeux froids et son sourire moqueur pourrait en faire tomber plus d’une. Mais ce n’était pas le genre de Laëstiel de se laisser impressionner pour si peu. Il lui fallait résister et montrer une image fière et je m’en foutiste pour qu’il comprenne a qui il avait affaire. La jeune fille détailla ses vêtements et son allure. Il avait sa chemise entrouverte, ce qui lui donnait un petit côté sexy, elle étira un sourire, toujours aussi toisant avant de s’assoir avec hésitation sur le fauteuil en face de lui.

Comme elle s’y attendait, il la sermonna, d’un air sévère. Elle lui adressa un sourire narquois. Ce n’était pas dans ses habitudes de excuser.

    « Il s’appelle John … Monsieur le directeur. »


Cette phrase était simplement une déclaration de guerre, une provocation et aussi un amusement délicieux. Elle décida ensuite de baisser les yeux. De prendre un air innocent. Des larmes commencèrent a couler sur ses joues. Elle bafouilla.

    « Je … Je … »

Elle reprit un air sérieux. A ce moment là, un petit sourire en coin vint se figer sur son visage de poupée. Elle leva un sourcil et déclara.

    « Non mais qu’est-ce que vous croyez ? Que je vais m’excuser peut-être ? Si je l’ai fait, c’est pas pour après, m’écraser devant vous. Tss. »


Elle soupira. Elle savait pertinemment que tout ceci n’allait pas le rendre plus gentil mais tant pis. Hors de question de se laisser impressionner, comme dit plus haut. Mais Ayden n’avait pas le même charisme que son idiote de sœur. A l’avoir en face de soi, il avait une certaine classe, mais il faisait peur. Elle poursuivit avec une sorte d’agacement dans la voix.

    « D’ailleurs, vous pourriez dire a vos toutous de sibyllins de me foutre la paix ? Nan parce qu’ils sont vraiment … vraiment … collants ! A me courser toute la journée. Si John n’était pas là, il m’attraperait sans cesse. Et je vous jure que c’est pas une sinécure. Ils sont chiants. »


Elle se leva, les yeux rivés sur lui. Ses poings se serraient, elle avait mal. Mais ne disait rien. Son objectif était de le pousser a bout, et de partir, l’âme tranquille. (Oui, Laë est une petite salope, elle adore s’endormir en se rappelant ce qu’elle a fait de mal dans la journée.) Elle poussa le fauteuil pour poser ses mains sur le bureau, avec une certaine conviction, une force, une détermination.

    « Tu me fais pas peur, t’as compris ? »


La demoiselle avait volontairement utiliser le tutoiement. C’était le dernier affront, la dernière balle. Le dernier coup qu’elle pouvait utiliser, fière d’avoir été brève, pensant pouvoir déjà tourner les talons. Il avait maintenant compris a qui il avait affaire celui là ! Non mais. Mais dans un sens … elle regarda son visage. Elle rougit. Elle détourna le regard et fronça les sourcils. Fuck hein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Co-fondateur et Directeur
Co-fondateur et Directeur



MessageSujet: Re: A croire que tu vas me rendre folle a me fixer comme ça. [PV Mr le Dirlo.~ | Ayden ♥] {A peine commencé déjà terminé ! ♥}   Sam 5 Nov - 18:24

Ayden aurait bien éclaté de rire devant l'agacement flagrant de la demoiselle pour son retard, mais cela aurait sûrement été déplacé. Et, en bon directeur qu'il était (sentez toute l'ironie dans cette phrase), il n'avait pas envie de l'énerver encore plus. Surtout qu'elle continuait de le toiser, arrogante. On sentait toute l'insolence qu'elle ne disait pas. Toute l'impertinence qu'elle contenait. Toute l'impétuosité qu'elle refoulait. Et là, dans ce bureau sévère et presque austère, elle semblait déplacée. Comme un mini-soleil de liberté prisonnier dans des chaînes noires.

Le jeune directeur l'observa pendant qu'elle se recoiffait, domestiquant un peu ses cheveux désordonnés. Elle était presque adorable comme ça, avec ses deux couettes qui la faisaient paraître comme une gamine. Même si Ayden savait parfaitement qu'il ne fallait jamais se fier aux apparences. C'était beaucoup trop risqué, trop trompeur. Il sentit son regard sur sa chemise ouverte et la vit sourire. Il prit ça comme un compliment, riant intérieurement en gardant cependant son air impassible de Directeur. Il savait quand il pouvait jouer et quand il se devait d'être sérieux. Et les convocations étaient classées dans la seconde partie. Comme de bien entendu, il la fustigea sévèrement mais cela ne lui fit apparemment pas beaucoup d'effet puisqu'elle ne lui retourna qu'un sourire d'effrontée.

« Il s’appelle John … Monsieur le directeur. »
« Je m'en fiche un peu, à vrai dire. »

Clair. Net. Et précis. Qu'est-ce que cela pouvait bien lui faire que Jude veuille se faire appeler John parce que ça faisait plus classe ? Que dalle. Pour lui, Jude était arrivé sous ce nom. Et cela resterait ainsi jusqu'à sa mort. Et puis, théoriquement, il était présenté sur son dossier comme Jude. Point final. Il ne nota pas que Laë essayait de le provoquer. Rien ne servait d'entrer dans son jeu, car ç'aurait été s'avouer vaincu. Et Ayden ne perdait jamais.

Puis l'Oubliée fit quelque chose qui le surprit, sans qu'il n'en laisse rien paraître. Elle baissa la tête et se mit à pleurer, bégayant quelques mots sans importance. Le jeune homme, toujours aussi neutre, ne leva même pas un sourcil en signe de surprise. La seule déduction qu'il fit de cela, c'était que Laë était très bonne comédienne. Cela s'arrêtait ici. Comme s'il y avait vraiment espoir qu'il tombe dans le panneau et se laisse attendrir. C'était le sous-estimer. Puis, aussi subitement qu'elle s'était mise pleurnicher et bredouiller, elle reprit son air sérieux et empli d'arrogance.

« Non mais qu’est-ce que vous croyez ? Que je vais m’excuser peut-être ? Si je l’ai fait, c’est pas pour après, m’écraser devant vous. Tss. »
« Je ne crois rien du tout. Et je me fiche de tes excuses. Je me doute bien que tu ne vas pas te mettre à genoux devant moi. »

Son ton s'était fait encore plus dur. Plus froid. Presque aussi glacial que le bleu de ses yeux. Il n'était pas là pour se bagarrer avec une gamine. Il voulait juste la prévenir. De quoi ? Il ne savait même pas réellement. Il en avait juste assez. Toujours entendre qu'un Oublié avait fait ceci, puis un autre cela et encore un autre ceci. C'en était épuisant à la fin. Lassant. Et Laë était assez influente dans son groupe. Même si Ayden ne s'abaisserait sûrement jamais à lui demander de modérer sa bande de rebelles. N'importe quoi. Ce n'était de toute façon même pas elle la chef. (Ayden avait une certaine connaissance de la hiérarchie dans les différents groupes de Mystic Hall.)

« D’ailleurs, vous pourriez dire a vos toutous de sibyllins de me foutre la paix ? Nan parce qu’ils sont vraiment … vraiment … collants ! A me courser toute la journée. Si John n’était pas là, il m’attraperait sans cesse. Et je vous jure que c’est pas une sinécure. Ils sont chiants. »
« Je m'en fiche. Cela te permettra peut-être, à la fin, de te calmer un peu. Mes 'toutous de Sibyllins', comme tu dis, font merveilleusement bien leur travail. Et je ne leur dirait pas d'arrêter à la demande d'une gamine. »

Il n'avait pas haussé le ton, restant étrangement calme. Peut-être que s'il s'était énervé, il aurait été moins effrayant. Mais là, aussi tranquille, il faisait peur. Totalement maître de ses émotions, il était complètement différent du Directeur joueur dont avaient l'habitude les Psychiques. Là, il ressemblait réellement au prédateur prêt à sauter sur sa proie.

« Tu me fais pas peur, t’as compris ? »
« J'aurai été déçu du contraire. »

Ayden la fixa. Les deux mains posées sur le bureau, Laëstiel faisait preuve d'une grande détermination, d'une grande force. Mais ce n'était pas suffisant face à lui, ils le savaient tous les deux. Il remarqua qu'elle rougissait et en tira une satisfaction sadique personnelle. Il n'était pas du genre à se complaire de la douleur des autres, mais la voir si déstabilisée face à lui était amusant. Il se leva et la jaugea de toute sa hauteur. Oui, décidément, elle était vraiment pas mal. Il se pencha au dessus du bureau et attrapa doucement le menton de la jeune fille entre ses doigts, la forçant à le regarder. Il plongea ses yeux bleus dans ceux marrons de l'Oubliée, la fixant intensément. Comme s'il voulait entrer au plus profond de son âme, la dépouiller de toute intimité. Laë semblait tétanisée, ne bougeant plus d'un poil. Ayden resta ainsi un long moment, la main droite tenant le visage de la rebelle par le menton et la main gauche posée sur le bureau, en appui. Il s'approcha encore un peu d'elle, jusqu'à que leurs lèvres se frôlent. Il lui souffla légèrement dessus, un petit sourire joueur sur le visage. Le premier qu'il laissait passer depuis le début de ce rendez-vous. Son haleine sentait la menthe fraîche. Leur respiration se mêlèrent sans qu'Ayden ne s'approche plus. Puis, doucement, il murmura :

« Tu es vraiment belle, tu sais ? »

Et il se recula, la laissant en plan. Hébétée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


MessageSujet: Re: A croire que tu vas me rendre folle a me fixer comme ça. [PV Mr le Dirlo.~ | Ayden ♥] {A peine commencé déjà terminé ! ♥}   Sam 5 Nov - 19:56

Laëstiel n’a jamais aimé perdre. Comme tous le monde je crois. Mais elle, a un point vous ne pouvez imaginer. Et pourtant, cette situation avait une drôle d’allure. Elle perdait lentement … comme une progression, une descente aux enfers. Et vous ne pouvez rien y faire. Intérieurement, elle paniquait. Extérieurement, elle tentait tant bien que mal de garder son calme. Il n’y a rien de facile quand on voit son ennemi ne faire qu’une bouchée de vous. Et ce sentiment, elle le haïssait.

Lui aussi, elle le haïssait. Comment osait-il lui faire ça ?! A elle ?! Il répondait sèchement a ses provocations. Rien n’y faisait, elle avait beau tenter de l’énerver, il maintenait cette froideur. Cet aspect de sa personnalité lui faisait horreur. Elle se tenait debout devant lui, fièrement. Elle était comme une guerrière, a la guerre, arme derrière son dos, devant son ennemi. Et ce fameux ennemi était protégé derrière sa forteresse. Plus courageuse ? Ou inconsciente. Ou peut-être un mélange des deux.

Au fil des années, la demoiselle avait appris a se contenir, a cacher les émotions qui pourrait la trahir, qui pourrait déceler une certaine faiblesse de sa part. Elle détestait se montrer frêle, crédule, craintive ou encore … dominée. Ce n’était pas vraiment son genre. Elle préférait largement … autre chose.

Ce n’est du tout comme s’il avait ignoré toutes ses déclarations. Une humiliation, juste cela. Laë’ semblait bouillonné de l’intérieur. Elle le maudissait, elle était prête a se jeter sur lui pour le frapper. Puis il fit un geste qui attira son attention. Il la saisit par le visage, d’une main. Elle n’eut le temps de réagir. Cela allait bien trop vite. Elle ferma alors ses paupières et d’un battement de cils, elle les rouvrit. Le jeune homme était prêt, bien trop près. Le menthol s’engouffrait déjà dans ses narines. Ça sentait bon. Ses lèvres frôlèrent les siennes quand il prononça une phrase qui la tua. « Tu es vraiment belle tu sais ? »

Abasourdie, elle ne sut que dire, ne s’attendant absolument pas a cette réaction de sa part. elle s’empourpra doucement mais surement. Elle n’avait pas prévu cela et c’était justement une défaite a ses yeux. Revenue a elle, elle fronça les sourcils. Elle s’était mit en tête que ce n’était qu’un sale tour de sa part et avait décidé de lui faire payer ça, par tous les moyens, surtout parce qu’il n’avait même pas osé aller jusqu’au bout. (Au fond d’elle, ça la faisait rager.)

    « Comment avez-vous oser … ? »


Le vouvoiement revient. On ne sait pourquoi, peut-être l’habitude. Mais ça n’allait pas l’empêcher de lui envoyer quelque chose dans la face. D’ailleurs, elle se mit a chercher et sans réfléchir, ne vit dans sa ligne de mir que le fauteuil. Elle le souleva. (Même si on ne dirait pas, Laëstiel a beaucoup de force.) Elle lui jeta a la figure. Il évita, comme elle s’y attendait, ce qui eut le don de l’énerver encore plus. Elle grimpa sur le bureau, attrapa un stylo et tombant a quatre pattes sur le meuble, comme un chaton montrant les griffes.

    « Je te jure que tu vas me le payer ! Espèce d’enflure ! »


Cette position aurait pu paraitre provocatrice ou indécente mais là, rien n’y faisait. Elle passait a l’attaque, même si les poings ferait son affaire, tant pis. Et cette fois, il ne gagnera pas. Elle avait décidé de lui faire perdre son petit sourire narquois qui avait le don de la faire enrager. Elle était presque sur. Un petit chat enragé, oui. C’était parfait pour la désigner. Elle le haissait plus que tout. Ça c’est ce qu’elle voulait en fait. Rien que de repenser a cette basse action contre elle, elle s’empourprait derechef.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Co-fondateur et Directeur
Co-fondateur et Directeur



MessageSujet: Re: A croire que tu vas me rendre folle a me fixer comme ça. [PV Mr le Dirlo.~ | Ayden ♥] {A peine commencé déjà terminé ! ♥}   Sam 5 Nov - 20:33

Cette convocation se transformait petit à petit en jeu, d'où ressortirait un seul et unique vainqueur. Et la partie était bien partie pour que ce fut Ayden. Il adorait jouer. C'était dans sa nature, inscrit au plus profond de son être. De son essence même. Il était le jeu par excellence. Il ne pouvait vivre sans, sans cette adrénaline qui le parcourait quand il s'amusait ainsi. C'était une base indispensable à sa vie. Le jeu. Pas spécialement celui où il fallait parier de l'argent mais aussi celui où les règles changeaient, où les limites n'étaient pas définies. Où lui seul était le maître. Où lui seul gagnait. Il n'était pas mauvais joueur non plus et acceptait ses défaites avec facilité. Mais la victoire était celui qui lui plaisait le plus. Et là, inexorablement, implacablement, il s'approchait du triomphe.

Son but n'était pas réellement de l'humilier, mais plutôt de lui faire comprendre qu'à Mystic Hall, c'était lui qui dirigeait. Et que malgré ses airs de Directeur insouciant et irresponsable, il savait aussi se montrer digne de son poste. Il voulait prouver (même s'il n'avait de compte à rendre à personne - à part peut-être sa sœur) qu'il n'était pas tout le temps le jeune homme amical et chaleureux qui souriait à tout le monde dans les couloirs du Manoir et qu'il pouvait aussi bien se montrer froid et sévère. Autoritaire et intraitable.

Ayden voyait parfaitement que la demoiselle contenait à grande peine sa rage et qu'elle ne se retenait que de justesse de lui sauter dessus pendant qu'il répondait impassiblement à tout ce qu'elle lui lançait à la figure. Il savait parfaitement qu'elle mourrait d'envie de le rouer de coups mais qu'elle se doutait aussi bien que lui qu'elle n'y arriverait de toute façon jamais. Il était bien plus fort et plus grand qu'elle, capable parfaitement de la maîtriser.

Après lui avoir chuchoté quelque compliment, manquant de peu de l'embrasser réellement, il se recula mais resta debout. Il était impatient de voir quelle serait la réaction de Laëstiel, qui ne semblait vraiment pas le genre de fille à se laisser faire. Ayden accumulait les points. La partie était presque gagnée. Il sentait en outre toute la frustration qu'elle avait, comme si elle regrettait qu'il ne l'ait pas réellement embrassée. Le sourire narquois du jeune homme s'accentua, même si son but n'était pas vraiment de se moquer d'elle. Mais la satisfaction était plus forte que les remords. La jeune femme fronça les sourcils, montrant ainsi clairement sa désapprobation. Elle n'était pas contente du tout. (Et il fallait avouer que ce petit air renfrogné la rendait encore plus mignonne.)

« Comment avez-vous osé … ? »

Il ne répondit pas, surpris qu'elle le vouvoie après l'avoir si rudement tutoyé juste auparavant. La colère sans doute, qui la rendait un peu trop expressive. Sans prévenir, elle se saisit du fauteuil et lui lança dessus. Ayden leva un sourcil, exprimant sa surprise, et évita le siège aisément. Sans pour autant le montrer, il était impressionné par la force de l'Oubliée, elle qui semblait si fragile. Alors qu'il disait lui même qu'il ne fallait pas se fier aux apparences ! Il reprit une apparence presque neutre, son sourire cependant encore présent. Légèrement moqueur. Presque satisfait. Comme s'il traduisait le plaisir qu'il avait en voyant Laëstiel perdre ses moyens. (Même si, dit comme ça, cela pouvait aisément passer pour du sadisme pur et simple ce qui n'était aucunement le cas.)

Imprévisible, (elle n'avait vraiment rien à envier de ce côté là à Ayden qui n'était pas trop mal côté imprévisibilité aussi), Laë ne prit pas la peine de faire le tour du bureau et sauta littéralement dessus, à quatre pattes et un stylo dans la main. Qui pouvait, mine de rien, être une arme dangereuse. Ayden n'avait jamais fait l'expérience mais il préférait quand même éviter de se prendre un bic dans l’œil.

« Je te jure que tu vas me le payer ! Espèce d’enflure ! »
« Quelle vulgarité ... »

Il soupira et fixa la jeune femme qui le menaçait, le stylo pointé devant. Si quelqu'un était entré à ce moment là, sûrement aurait-il été vraiment surpris. (Et même là, cela faisait doux euphémisme.) Le jeune directeur remarqua que son agresseuse rougissait et il devina qu'elle repensait sans doute au presque baiser qu'il avait failli lui faire. Il n'avait pas envie de lui donner satisfaction tout de suite mais il gardait en tête quelques idées qui pouvaient être amusantes pour la suite. D'un pas vif, il se rapprocha du bureau duquel il s'était écarté pour éviter le lancer de fauteuil et saisit le poignet de la jeune femme de sa main gauche, serrant à lui faire mal. Là au moins, il était certain qu'elle ne pourrait pas bouger. Sa main droite glissa furtivement et rapidement vers la gauche de Laë et il l'attrapa également, l'immobilisant totalement. L'adolescente se trouvait donc face à lui, à genoux sur le bureau et les bras coincés entre eux. Une position très intéressante, donc. Le rictus d'Ayden se renforça encore. De sa main droite, il coinça les deux bras de l'étudiante dans son poigne gauche et revint ensuite saisir le menton de Laëstiel, comme un air de déjà vu. Il chuchota :

« Tu es mignon, petit chaton. »

Elle avait du caractère. Et il aimait ça. Il continua de la fixer longuement dans les yeux, lisant toute la haine qu'elle essayait de faire passer alors qu'elle était dans cette position soumise et dominée. Ayden était persuadé qu'elle détestait ça mais il s'en moquait. Il ne répondait pas aux provocations. Il jouait. Il leva un peu le visage de Laë vers lui qui, même à genoux sur le bureau, était encore un peu plus petite. Puis, sans vraiment la prévenir, il l'embrassa.

Brusquement. Furtivement. Légèrement. Comme une douce caresse sur ses lèvres. Il recula la tête, gardant ses poignets emprisonnés dans sa main gauche et son menton dans la droite. Elle était magnifique. Il approcha sa bouche de l'oreille de la jeune femme et susurra :

« Jeu. Set. Et match. »

Mais la victoire avait un goût amer sur sa langue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


MessageSujet: Re: A croire que tu vas me rendre folle a me fixer comme ça. [PV Mr le Dirlo.~ | Ayden ♥] {A peine commencé déjà terminé ! ♥}   Dim 6 Nov - 11:14

Je crois qu’a ce moment là de sa vie, elle n’eut jamais autant honte. Elle n’eut jamais ressenti autant d’humiliation. Son cœur battait fort. La guerre excite le soldat et le soldat est excité a l’idée de se battre. ça en a toujours été ainsi. L’affrontement mutuel contre une personne que vous détestez. La victoire. Il n’y avait que ça de bon. Malheureusement, cette situation n’avait rien d’une victoire, plutôt d’une défaite totale. En plus de cela, une défaite assez … sensuelle ?

Piégée. Pétrifiée. Quand on pense que c’est elle qui a attaqué la première. Prise dans les mailles de son propre filet. Comme c’est triste et navrant. La demoiselle est perdante, dans tous les cas. Tout se dégrada progressivement lorsqu’il lui attrapa son poignet. Elle serra les dents, tentant de se dégager mais il faisait mal, trop mal pour user de la force. Elle laissa échapper un gémissement quand celui-ci vint s’emparer de son autre poignet. Elle tenta de forcer quand même mais si elle le faisait, elle glisserait … sur lui donc. Comme si ce n’était déjà pas assez embarrassant comme ça.

    « Mais tu vas me lâcher oui. »


Laë le regarda dans les yeux. Il s’amusait, pas elle. Elle maudissait cette journée pourtant si belle. Enfermée dans une pièce ou il faisait chaud avec Mr le directeur. Pas de pire enfer possible. Elle remua légèrement, ses genoux lui faisaient mal a force. Dans des moments pareils, elle pense à John et aux autres oubliés. Ce qu’ils feraient, leurs réactions. Elle ferma les yeux, en gémissant de crainte et de dégout. Elle détestait ça, lui s’amusait comme un petit fou. Humiliation. Humiliation. Humiliation.

Puis il réussit a la tenir d’une seule main, emprisonnant ses poignets, sa liberté. Il attrapa a nouveau son menton, amenant sa tête jusqu'à lui. Elle geint. Tout était perdu d’avance, tout était si douloureux. Son corps entier tremblait. Elle ne se doutait pas de son sort, avait juste du dégout envers sa propre faiblesse. Un jeu sans règles est synonyme de tricherie nan ? C’est ainsi qu’elle le vivait. Quand on perds, il est facile de se réconforter en accusant l’autre d’avoir tricher. Lâcheté ? Ou Regrets ?

    « Tu es mignon. Petit chaton. »

    « Je … »


5 mots. Une bombe atomique. Elle était détruite. Il n’y avait presque plus rien. Et le peu qu’il restait allait bientôt être réduit en cendres. Il fallait qu’elle lutte, qu’elle se batte, pour sa place et son honneur. Mais c’était trop dur. Il était fort. Elle le reconnu, mais jamais ne lui avouera. Elle se débattit comme elle peut. Sans prévenir, il approcha ses lèvres des siennes, des colla, les frotta, les caressa. Si bon a en mourir. Si bon a en faire mal. Un simple acte destructeur. Elle n’était maintenant plus qu’un corps vide. Tout avait été piétiné. Ce qu’elle avait assimilé, construit. Juste un bisou.

Il murmura. Elle sentit son souffle caresser son oreille. Un susurrement imperceptible.

    « Jeu. Set. Et match. »


4 mots. Un piétinement. Une sourire narquois. Elle le haïssait, c’était certain. Il avait réussi en quelques minutes a la dominer, a l’enfermer dans une cage de verre. Prisonnière d’un monde remplis de sensations auxquelles elle ne pourrait échapper. Elle baissa les yeux, docile. Sa haine était forte mais se renfermait maintenant a l’intérieur d’elle. Elle était crispée. Trop crispée pour continuer a se débattre. La plus fouteuse de trouble à Mystic Hall. Remise a sa place. Paysanne du peuple devant le noble.

« Pourquoi ? Qu’as-tu fait ? »


Mais la colère et la rancune est toujours là, dissimulée quelque part, jusqu'à ce qu’elle remonte a la surface légèrement, en gradation.

    « T’AS FAIT QUOI ?! »

De légères rosées sur ses joues. Pas que légère en fait. Elle ne pouvait bouger mais si elle le voulait, il ne resterait plus grand-chose de lui. Ce n’est pas facile … d’être a sa merci. Elle ne fit que gesticuler comme l’idiote qu’elle est. Gémissante.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Co-fondateur et Directeur
Co-fondateur et Directeur



MessageSujet: Re: A croire que tu vas me rendre folle a me fixer comme ça. [PV Mr le Dirlo.~ | Ayden ♥] {A peine commencé déjà terminé ! ♥}   Dim 6 Nov - 14:43

Ce sentiment de haine, cette impression de rancœur violente, cet éclair de dégoût ... Tout cela se voyait dans les yeux de la jeune fille. Elle frémissait, gémissait, se débattait mais la poigne du directeur ne faiblissait pas. Il serrait si fort qu'il savait qu'il lui faisait mal mais il ne voulait pas la lâcher. Il ne voulait pas la laisser partir. Il la voyait résister mais c'était comme si un voile de fer avait emprisonné son cœur : il ne ressentait rien ; il voulait jouer. Il semblait si sadique à ce moment là, presque pervers. Mais ce n'était que le mauvais côté du jeu, la face cachée et sombre qu'il ne révélait à personne ou presque. Il restait lui-même, aussi glacial que son bureau austère.

Et pourtant, à peine avait-il effleuré ses lèvres que Laëstiel devint comme une poupée de glace, piégée dans la prise du directeur. Les yeux baissés, elle semblait si soumise. Blessée. Trop docile, comme si toute sa combativité venait d'être exterminée par un simple petit baiser. Une caresse légère et douce comme la brise. Il passa délicatement sa langue sur ses propres lèvres et observa la silhouette tendue et à genoux devant lui, raide. Il sentait toutes les ondes négatives qu'elle dégageait, toute la haine qu'elle ressentait pour lui. Il l'acheva d'un léger murmure dans le creux de son oreille. Il avait gagné.

« Pourquoi ? Qu’as-tu fait ? T’AS FAIT QUOI ?! »
« Je t'ai embrassé. »

Il laissa passer un court silence.

« Pourquoi ? Tu n'as pas aimé ? Ne nie pas. Ton regard clame que tu en veux encore. »

Il la fixa, longuement. Il suivait ses courbes, appréciait la blancheur de sa peau. Ayden n'avait jamais vraiment eu de relation suivie et sérieuse. Il privilégiait les coups d'un soir et même s'il était plus connu en tant que Directeur clown, il n'était pas réellement volage. Il n'avait juste pas envie de s'accrocher à une seule personne. Et puis, en digne représentant des Ayling, c'était lui qui devait donner son nom à sa descendance et non sa sœur. Il fallait donc bien choisir.

Contre toute attente, un gémissement plus aigu s'échappa des lèvres de la jeune femme et ce fut comme un déclencheur. Une alarme qui résonnait dans la tête d'Ayden. Il perdit instantanément son sourire et sa prise se relâcha doucement. Il desserra sa poigne et les bras de Laëstiel retombèrent lourdement le long de son corps, la laissant à genoux. Il lâcha également son menton et se recula vivement, comme si l'on venait de le brûler. Le changement était radical. Le jeu était terminé. La partie achevée. Comme si soudainement, le jeune directeur avait retrouvé sa lucidité, enfouie au plus profond de lui par le vice du jeu. Il était trop joueur et cela le perdrait.

Il laissa retomber ses bras et recula encore, jusqu'à ce que ses genoux bloquent sur son siège. Il se laissa tomber dedans, hébété lui même de ce qu'il avait fait. Un coude sur l'accoudoir, la tête posée sur son poing serré, il dévisagea l'Oubliée, encore tremblante sur son bureau. Qu'est-ce qu'il avait fait, bon sang ? Il n'avait jamais voulu la terroriser à ce point, l'humilier jusqu'à qu'elle ne puise plus retenir ses plaintes ! Il n'était pas un monstre. Enfin, c'était ce dont il voulait se persuader. Mais après ça, il n'en savait rien. Lui qui était toujours maitre de ses émotions et de lui-même, il n'était pas certain de ce qu'il lui avait pris.

Vivement, il se releva et s'approcha de Laë. Hésitante, sa main vint se poser doucement sur la joue de la jeune femme et il murmura :

« Je suis désolé. Je ne voulais pas te blesser. Pardonne moi. »

Il était sincère et sa voix était comme brisée. Disparu le directeur glacial et sûr de lui. Disparu le directeur joueur et amical. Face à Laëstiel, il faisait ressortir son côté protecteur. Il n'avait jamais voulu lui faire du mal. Et la voir aussi démunie face à lui, presque effrayée, cela lui faisait énormément de peine. Il culpabilisait. Parce que c'était quand même lui qui l'avait mise dans cet état là. Et qu'il y avait pris du plaisir. Le jeu le rendait sadique.

Il laissa tomber sa main et se retourna, dos à elle et face à la fenêtre d'où l'on voyait les Jardins de Menthe.

« Excuse moi. Tu peux partir. »

Sa voix était douce, caressante. Comme le baiser qu'il lui avait donné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A croire que tu vas me rendre folle a me fixer comme ça. [PV Mr le Dirlo.~ | Ayden ♥] {A peine commencé déjà terminé ! ♥}   

Revenir en haut Aller en bas
 

A croire que tu vas me rendre folle a me fixer comme ça. [PV Mr le Dirlo.~ | Ayden ♥] {A peine commencé déjà terminé ! ♥}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Je suis folle. Et toi?
» Théâtre : ma femme est folle
» Hello !La grosse folle arrive !
» Distributeur de sourires – ft. Emrys
» FOLLE JOURNEE de NANTES
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystic Hall :: Le Manoir :: Le Bâtiment Principal :: Le Bureau de la Direction-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit