Apocalypse Please — PV Holly
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Psychique, entrez dans le monde de Mystic Hall, où seuls les détenteurs de la Marque connaissent votre secret.
 

Partagez | 
 

 Apocalypse Please — PV Holly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


MessageSujet: Apocalypse Please — PV Holly   Dim 21 Aoû - 21:45

S - o - l - i - t - u - d - e. Elle vous guette. Elle est nichée en vous. Elle ronge vos organes, déchire vos veines, brûle votre cœur. Elle n'a personne à qui parler, à qui se confier, personne ne la comprend. Alors, elle se cache en votre for intérieur, et elle vous dévore... C'est la solitude. Et à son tour, Katie dévorée par cette solitude, dévaste son entourage. Partout où elle passe, se soulèvent des vagues d'incompréhension, car la jeune fille est une vraie tempête. Mais elle ne pense pas à mal Katie. C'est juste... qu'elle ne pense pas tout court à ce qu'elle fait. Alors, les mots sortent, et les problèmes pullulent. De toute façon, l'Exclue qu'elle est doit bien se divertir pour rendre sa vie moins morose, non ?

Seulement, il y a des jours ainsi où la bonne humeur n'est pas. Plus que jamais, le visage de Katie n'était qu'amertume et affliction. Assise en tailleur sur un de ces bancs d'un triste blanc, son regard se baladait sur ces étudiants chanceux qui se promenaient, un sourire aux lèvres. Tandis que son cœur se resserrait de jalousie, elle soupira tout en soufflant un coup sur cette frange qui se déposait sur ses yeux. Autour d'elle, les bancs étaient inoccupés. A croire qu'une nuée noire enveloppait tout son corps avec des petites phrases pour prévenir les passants : "N'approchez pas, je pue!" "J'ai pas mangé depuis trois jours, je mange les humains et je découpe les têtes pour les accrocher au mur" "J'suis pas contente alors je vais te réduire en miettes".
Oubliant la réputation à laquelle elle tenait, elle se laissait aller en osant arborer un regard empli de tourments. Rares étaient les jours où elle se montrait abattue, car plus que tout, elle n'aimait laisser ses 'ennemis' voir sa faiblesse. Et puis, elle leva son regard au ciel, tout en ayant une petite pensée pour sa défunte mère. Il fallait l'avouer, il y avait des jours comme ça où elle ne rêvait que de la rejoindre. Mais elle n'oubliait jamais que là ne devait pas être l'envie de celle-ci, et elle chassait alors ces pensées parasites.
Les nuages semblaient ce jour-là partager les sentiments de la jeune fille, car ils étaient peints d’un gris menaçant. Et voilà donc que quelques gouttes de pluie tombaient. Quelques gouttes. Puis, une averse. Mais enfin qu’importe, elle était très bien installée là où elle était. Seule, encore. Juste avec des plantes autour.

« Iiih, mais quoi ! Me regarde pas comme ça, toi la plante. Tu te moques de moi là ? Mais je vais t’écraser. »

Touchant carrément le fond (parler aux plantes, elle ne fait pas cela d’habitude, pour vous rassurer…), Katie enfouit son visage dans ses bras. Quelqu’un allait forcer arriver à ce moment humiliant. Mais il ne fallait pas. Il ne fallait surtout pas qu’on la voit telle qu’elle… Et puis, il y avait deux personnes en particulier qui ne devaient pas attraper cette image en tête. L’autre idiot de Johan, et la noix de coco, Holly.
Un dernier soupir, et alors que la pluie s’arrêtait déjà, elle secoua sa tête, comme pour sortir les idées négatives de sa tête. La pluie l’avait lavée de toute sa mauvaise humeur, et elle se sentait complètement prête à… porter un taureau pour le lancer sur la tête immonde de sa demi-sœur.
D’ailleurs, n’était-ce pas elle qui arrivait au loin ? Tant mieux, c’était exactement ce qu’il lui fallait, une petite dispute pour être de nouveau sur pied. Non, il fallait d’abord lui tendre un piège machiavélique. Ou peut-être même attaquer de front. Oui, c’était mieux ainsi. Et il fallait agir vite, surtout en connaissance de son don : si elle trainait, Holly allait réussir à capter ses pensées. Se cachant rapidement derrière un arbre, elle alla se procurer une pelle (il doit bien y en avoir dans un jardin). Vous saisissez l’idée ? Creusant dans la terre encore humide, donc boueuse, elle lança à toute vitesse une boule sur sa victime. Réussira, ne réussira pas, la suite, dans un instant !

Et elles vécurent heureuses et se disputèrent beaucoup.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Mentaliste
 Mentaliste



MessageSujet: Re: Apocalypse Please — PV Holly   Lun 22 Aoû - 10:35

    La tête haute, son habituel air fier peint sur son visage pâle, Holly marchait dans les couloirs de Mystic Hall. Son regard bleuté observait chaque détail, tentant de mémoriser le maximum de choses. Une lampe défaillante, une porte mal fermée, deux oiseaux se battant dans le ciel au-dehors, un pans du mur droit fissuré... Ses chaussures claquaient sur le sol, résonnant légèrement dans le corridor désert. Complètement vide, mis à part elle. Exceptionnellement, la jeune fille n'était pas accompagnée par sa troupe d'amis bavards et ennuyeux ; elle les avait laissé au moment où ils étaient partis déjeuner. Elle n'avait pas faim. Ou tout au moins, c'était ce qu'elle essayait de se faire croire, alors que son ventre gargouillait régulièrement. Minuscule volcan risquant l'explosion.

    Il fallait qu'elle se change les idées. Qu'elle se concentre sur autre chose que des défauts insignifiants, ne l'aidant pas du tout. Peut-être qu'elle pourrait sortir ? Aller au jardin, sentir l'air frais sur sa peau, respirer l'odeur de la terre humide... S'endormir sur un banc, cachée aux yeux des autres, pourquoi pas. Ne plus avoir ce poids sur les épaules, de toujours devoir être parfaite, inébranlable. Dormir et tout oublier. Quelques heures de répit. Décidément, ça paraissait être une bonne idée. Brusquement, elle regarda par la première fenêtre apparaissant devant elle et se stoppa. Quelques gouttes de pluie tombaient, désordonnées, légères, suite d'une violente averse probablement. Le soleil perçait à travers les nuages, le beau temps ne tarderait pas. Aucun risque d'être trempée, donc. En souriant, l'adolescente continua son chemin vers la sortie, savourant cette délicieuse impression d'être libre.

    BOUM ! La porte s'ouvrit sur les jardins avec un bruit satisfaisant. Holly n'avait pas l'habitude de faire les choses à moitié, loin de là. Il fallait qu'elle se fasse remarquer, qu'on la regarde, qu'on l'admire. Ou qu'on la prenne pour une idiote, en secret, mais ça elle n'y pensait pas. D'ailleurs, sa mission fut parfaitement réussie, vu que trois personnes se promenant se retournèrent sur elle d'un air surpris. Les ignorant royalement, la jeune fille passa devant eux sans un mot, dépassant l'allée de graviers pour rejoindre tranquillement la verdure. Un moment, elle flâna entre les plantes étranges, attendant de voir le banc qu'elle cherchait.

    Et en peu de temps, elle le trouva. Occupé. Par sa demi-sœur qui plus est, elle la reconnaissait à sa tête de bébé débile. Tout en s'approchant, elle songea qu'elle pourrait peut-être passer son chemin, en faisant comme si elle n'avait rien vu. Elle était fatiguée, elle voulait dormir, ne plus penser qu'elle mourrait de faim. En temps normal, elle n'aurait pas laissé passer une occasion d'embêter Katie, mais là... Se fut à cet instant qu'une boule de boue arriva droit sur elle.

    Rapidement, elle se baissa, et le projectile ne fit qu'éclabousser un peu sa veste. Sa merveilleuse veste, qu'elle avait acheté il y a peu. Sans attendre, elle sentit son sang bouillonner dans ses veines, le rouge lui monter aux joues, ses poings se serrer. Cette saleté voulait jouer à ça, hein ? Elle allait être servie ! Oubliant sa résolution de s'en aller sans rien faire, Holly se redressa et fila à pas vifs en direction de sa demi-sœur, un sourire crispé aux lèvres.

    Tout son être se concentra sur sa cible. Ses yeux se plissèrent, ses lèvres ses pincèrent. Soudain, elle fut arrivée, sans s'en être réellement rendue compte, trop occupée par sa colère. Au moins, elle oubliait son ventre. Les mains sur les hanches, elle se posta juste en face de Katie. Elle la dominait d'une tête, la nature était bien faite tout de même. Un air méprisant envahit le moindre de ses traits. A cette distance, il lui était plus que facile de lire les plus petites pensées de son adversaire. Elle pouvait sentir la haine s'écouler comme un ruisseau noirâtre dans son esprit, poisseux, dévastateur. Pas de place pour de la pitié la dedans. Ce serait « mord ou meurs » aujourd'hui. Alors, d'une voix tranchante, glaciale, moqueuse, l'adolescente entama la dispute.

    « T'as un problème, Kaliyah ? Tu sais combien m'a coûté cette veste au moins ? Enfin, je me doute que tu t'en fiches, à ton âge, on préfère jouer à la poupée. Pas vrai, fillette ? »

    Et c'était reparti pour un tour. Vu ce qu'elle venait de dire, Katie ne tarderait pas à riposter. Ensemble, elles troubleraient la tranquillité des jardins, feraient tourner en bourrique la moindre pousse d'herbe s'étant installée ici, gèleraient sur place quiconque oserait s'interposer entre leurs remarques acides. Une nouvelle bataille commençait. Et sans ses amis autour d'elle, Holly était réellement seule face à son adversaire. Libre de gagner ou de perdre, selon la qualité de ses répliques. Libre de partir quand elle le voulait, ou de se battre comme une dégénérée. Libre d'être celle qu'elle était vraiment : mauvaise, jalouse, moqueuse. La jeune fille ne sentait plus son ventre gargouiller. A présent, plus rien n'importait, si ce n'était ce combat. Et cette liberté.

    Deux oiseaux se battant dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


MessageSujet: Re: Apocalypse Please — PV Holly   Lun 22 Aoû - 12:25

3, 2, 1 … Raté. Poussant un soupir de déception, Katie était en train de maudire la boule de boue dans sa tête. « Mais pourquoi t’as raté ta cible ! », ce n’était même pas drôle. Et bien oui, imaginez un instant, la tête de Holly, couverte de cette terre fraîchement arrosée par les cieux, toute dégoulinante… C’était un cadeau divin ! Mais non, les dieux n’étaient pas avec elle aujourd’hui. Enfin, un tout petit peu en fait. Qu’on bénisse ces petites éclaboussures sur sa veste. Et que le show commence !

« T'as un problème, Kaliyah ? Tu sais combien m'a coûté cette veste au moins ? (gnagnagnagnagna) »

Le regard levé vers le ciel, et hochant de la tête de droite à gauche, un sourire amusé se dessina sur ses lèvres. Elle ferma les yeux un instant, et il fallait être assez attentif pour remarquer le « pff » qui s’échappa de sa bouche. Croisant alors ses bras, et tapant lentement du pied, Katie attendit que sa chère demi-sœur adorée finisse son discours, avec les mimiques les plus ridicules qui l’accompagnaient. Tout autour, les aiguilles étaient paralysées, le temps s’était arrêté. Car les passants vivaient désormais au ralenti : lorsqu’ils arrivaient à la hauteur des deux Shepherd, leurs pas semblaient plus lents, pour essayer de capter un peu ce qu’elles disaient. Les voix chuchotaient derrière leurs dos, des spectateurs fuyant l'ennui venaient observer de loin la bataille verbale. Vous comprenez, les deux jeunes filles offrent du divertissement dans cet endroit monotone ! Même lorsqu’elles se disputaient, elles étaient admirées de partout. C’est ça, d’être une Shepherd.
Ignorant alors ses paroles (elle était tout à fait consciente de passer pour une gamine écervelée osant encore se donner en spectacle en public à son âge), elle lui offrit sa réplique dans un sourire des plus charmants, et d'une voix qui n'était non pas sèche, mais bel et bien chaleureuse.

« Holly chérie. Juste histoire de se remettre les points sur les i, ta veste était tellement laide que j’ai dû y apporter ma petite touche artistique. Regarde-moi donc ces tâches, leur disposition est calculée au millimètre près, leurs formes gracieuses, c’est… de l’art contemporain. Mais bien sûr, tes capacités sont trop limitées pour pouvoir apprécier mon fin travail. »

Son sourire s’effaça alors pour laisser place à un regard de glace, possédé par une ténébreuse haine. Cela lui était égal d’être aussi petite qu’une collégienne, d’avoir une voix de petite fille, d’avoir une poitrine toute plate. Elle ne se laissait pas intimidée, et elle avait appris à donner l’image d’une personnalité forte. Mais à ce moment-là, absolument tout son corps cédait face à son complexe. Ces terres interdites dans lesquelles Holly osait pénétrer sans crier garde. Ces eaux gardées dans lequel peu osaient plonger. Ces sourcils se fronçaient un petit pas, et son visage déformé par la colère ferait fuir un enfant innocent. Avait-elle prononcé ce mot défendu ?

« Et mon prénom, c’est Katie. K, A, T, I, E, je te l'épelle juste au cas où, en connaissance de ton niveau intellectuel.. »


Katie, et non Kaliyah donc, essaya de se contenir un maximum afin de ne pas exploser. Et elle savait que cela amusait Holly. Elle sentait la frustration monter en elle, bouillir dans son sang, occuper tout son esprit, et ses pensées de lui indiquer « Une gifle, une gifle ! ». Alors, un sourire forcé pris place dans son visage crispé, dont elle essayait de détendre les muscles. Irritant. Trop irritant. C’était l’occasion rêvée pour sa rivale de riposter, mais à ce moment-là, la miss remarqua… un grondement sonore bien étrange. Un orage, dans l’estomac en face. Et son regard s’adoucit, laissant place à un rire moqueur.

« Oh.. je sais que t’es vraiment énorme, mais de là à te priver de repas... »

Et puis, plus rien. Les gargouillements n’étaient plus. Etait-ce alors son imagination, ou bien ? Katie pris peur pendant un moment, elle ne voulait pas paraître ridicule, si le bruit qu’elle avait entendu ne provenait pas du ventre de sa camarade. Et puis qu’importe, Holly savait très bien mentir de toute façon. Comme si cette dernière importait peu, Katie regagna alors son banc en l’ignorant totalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Mentaliste
 Mentaliste



MessageSujet: Re: Apocalypse Please — PV Holly   Jeu 25 Aoû - 9:01

    Petit à petit, une foule se formait aux alentours des deux demoiselles. Oppressante, mâchoire prête à se refermer sur elles à la moindre faiblesse. Celle qui perdrait cette joute verbale risquait fort d'être sujet à des railleries et autres moqueries pendant la semaine voir le mois à venir... Une dispute des Shepherd était toujours un événement qu'on regardait avec attention. Enfin, ça donnait une raison à Holly pour ne pas flancher. Elle se devait d'être encore plus forte que d'habitude. Son public voulait du spectacle ? Il allait en avoir. Quelles que soient les reparties de sa concurrente, elle répondrait plus vite, frapperait plus puissamment. Ce qui aurait pu être une bête discussion deviendrait un show infernal, un théâtre d'hypocrisie, une suite interminable de piques et de moqueries. Et la moindre personne osant s'approcher et intervenir aurait droit à un « Dégage va te faire foutre ! » en règle. Désormais, elle était lancée, plus rien ne l'arrêterait. Si ce n'était sa fierté, bien évidement. Une voix affable la tira de ses réflexions axés sur sa prochaine mais néanmoins sublime victoire. Trop affable d'ailleurs.

    « Holly chérie. Juste histoire de se remettre les points sur les i, ta veste était tellement laide que j’ai dû y apporter ma petite touche artistique. Regarde-moi donc ces tâches, leur disposition est calculée au millimètre près, leurs formes gracieuses, c’est… de l’art contemporain. Mais bien sûr, tes capacités sont trop limitées pour pouvoir apprécier mon fin travail. » 

    C'est ça, c'est ça, cause toujours. Juste des mots vides tout ça. Pour combler le silence, pour étoffer son discours, pour se donner l'air intelligente alors qu'elle paraissait simplement stupide. Holly eut un rictus amusé. Vraiment, sa demi-sœur ne pouvait rien lui cacher. Elle lisait en elle comme dans un livre ouvert, aussi simplement que si l'intéressée était en train de lui dévoiler tous ses secrets. Elle voyait que Katie commençait à complexer sur sa taille, sa poitrine presque inexistante, son visage de fillette. C'était donc sur ce point qu'elle allait insister aujourd'hui. Peu importait les conséquences, tant qu'elle pouvait voir la déconfiture se peindre sur les traits enfantins de sa concurrente. Rien ne comptait si ce n'était le sentiment de pleine satisfaction lorsqu'arriverait ce moment. Et il arriverait, vous pouvez en être sûre. En tout cas, la jeune demoiselle en était certaine. Pas immédiatement, parce que Holly voyait que sa chèèère demi-sœur avait encore beaucoup de choses à lui dire... D'ailleurs, la suite lui donna raison.

    « Et mon prénom, c’est Katie. K, A, T, I, E, je te l'épelle juste au cas où, en connaissance de ton niveau intellectuel.. »

    Oh, un nouveau point où elle pourrait insister lors de sa prochaine intervention. Elle avait failli oublier que le prénom de son adversaire était également un de ses points faibles. En même temps, il y avait de quoi. « Kaliyah », n'était-ce pas stupide ? Affreux, oui. Et en plus, il suffisait de prononcer ce simple mot pour que la jeune fille vire au rouge brique et commence à s'énerver. Trop drôle. C'est à cet instant que Holly voulut répliquer. Et que son ventre gronda, comme le tonnerre à l'aube d'une tempête. Vous voyez le genre ? Bref, sur ce faux pas, on ne risquait pas de la rater. Bingo.

    « Oh.. je sais que t’es vraiment énorme, mais de là à te priver de repas... »

    Les grommellements s'étaient arrêtés. Le sourire de la jeune fille se fit énorme. Elle vit le souffle des spectateurs se suspendre, comme pour voir ce qu'elle allait pouvoir répondre à des tirades pareilles. C'est vrai que ça n'allait pas être facile. En plus d'être claire, nette et précise, elle allait devoir mentir. Hors de question d'avouer qu'elle sautait des repas pour rester mince. Cependant, un détail l'empêcha de répliquer immédiatement. Elle avait dit qu'elle était énorme. Elle l'avait dit. Mon dieu, est-ce que c'était vrai ? La demoiselle avait beau se regarder sous tous les angles, elle s'était toujours trouvée grosse. Mais se l'entendre dire, même si c'était sortie de la bouche d'une vipère, c'était autre chose. Ses amis lui répétait inlassablement qu'elle était mince et jolie lorsqu'elle leur posait la question, mais elle refusait d'y croire. Alors quoi ? Comment était-elle en réalité ? Sa glace lui renvoyait-elle une image déformée ? Elle ne savait plus. Elle était perdue. Encore quelque chose lui faisant terriblement peur. Un murmure lui parvint, et elle retourna à la situation présente, se redressant et cachant son horreur sous un masque hypocrite. Entre temps, Katie s'était assise sur un banc et faisait mine de l'ignorer. Parfait. D'une voix sonore, la jeune fille prit la parole.

    « Oh, ma pauvre petite Kaliyah ! Alors comme ça, tu renie ton prénom et tu entends des voix maintenant ? Tu es tombée encore plus bas que la dernière fois, dis moi ! Je ne savais pas qu'on pouvait transpercer le fond, tu m'en apprends des belles. »

    Puis, voyant que son interlocutrice faisait toujours mine de ne pas la voir ni l'entendre. Elle prit à son tour de la terre au sol et l'écrasa sur l'épaule de Katie, tâchant ses vêtements. Elle sortit ensuite un mouchoir pour s'essuyer les mains, et alla s'asseoir au côté de sa demi-sœur. Elle voyait à qu'elle point sa cible fulminait intérieurement, c'était amusant. Mais elle n'avait pas fini. Toujours souriante, elle s'approcha, avant de lui lancer quelque chose à mi-voix.

    « Laisse tomber, Kaliyah, tu ne peux rien me cacher. Tu le sais, non ? »

    Lentement, elle s'écarta, et d'un mouvement de main replaça ses cheveux. Enfin, plus fort, elle termina son texte. Il fallait que son public entende. Il était avec elle de toutes les manières. Qui pourrait être du côté d'une Exclue, comme Katie, hein ?

    « Très chère enfant... Tu as vu, moi aussi je me mets à l'art contemporain. Tu aimes ? »

    Et elle éclata de rire, suivit par plusieurs autres. Être en harmonie avec les spectateurs. C'est ça la show, ma petite ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


MessageSujet: Re: Apocalypse Please — PV Holly   Jeu 1 Sep - 14:41

Quelle plaie. Quelle mauvaise journée. Enfin, elle le savait, tout était de sa faute, elle aurait pu laisser sa très chère demi-soeur passer son chemin tranquillement. Elle l'avait cherché cette fois-ci. Mais c'était ainsi qu'elle était. Et elle se mettait de mauvaise humeur toute seule. Encore plus tendue que d'habitude, elle essayait de se montrer indifférente, mais il était pourtant clair qu'elle ne l'était pas. Et parfois, elle ne pouvait s'empêcher d'y repenser : tout était de la faute de ce père inutile. Katie savait très bien que Holly pensait la même chose. Alors pourquoi ce point commun ne pouvait-il pas les rapprocher ?
Peut-être bien justement parce qu'elles partageaient ce point commun.

Maintenant que la foule était au rendez-vous, elle ne rêvait que de s'échapper de ce cirque dont elle était la lionne. Mais il fallait rester forte. Elle n’était déjà pas très bien vue par ses camarades. Si elle venait à se ridiculiser, la situation serait encore pire pour elle. Et cette école. Ces murs, ces verdures, ces visages curieux… Elle les détestait tous.

« Oh, ma pauvre petite Kaliyah ! Alors comme ça, tu renie ton prénom et tu entends des voix maintenant ? Tu es tombée encore plus bas que la dernière fois, dis moi ! Je ne savais pas qu'on pouvait transpercer le fond, tu m'en apprends des belles. »

Essayant de ne pas croiser son regard, elle se contenta de sourire. Un sourire qui n’en était pas vraiment un d’ailleurs. Et elle croisa ses jambes, ignorant une nouvelle fois sa réplique. Elle savait qu’il était faiblesse d’ignorer son ennemi : c’était reconnaître sa défaite, reconnaître ses propres torts. Mais quand il s’agissait de son prénom… elle était sans armes.
S’apprêtant alors à faire une sortie spectaculaire, elle n’eut que le temps de remarquer cette substance noirâtre sur son épaule. C’était froid, humide, cette odeur que laissait la pluie sur l’herbe. Froid, tout comme son coeur à ce moment précis. Trop. C’était juste trop. Comme si on venait de la transformer en statue de sel, elle ne bougea plus du tout. Elle était figée sur cette terre boueuse, qui lui disait bonjour, qui lui souriait. Ses yeux qui cachaient des étoiles semblaient maintenant être des flammes de l’Enfer. Et cette tâche, qui continuait de lui faire des signes.

« Laisse tomber, Kaliyah, tu ne peux rien me cacher. Tu le sais, non ? »

Et sa main vola. Elle vint à la rencontre de la joue de sa charmante voisine, pour finir sa course dans un silence sifflant. Une gifle bien placée, une. Et quand elle se rendit compte de ce qu’elle venait de faire, ses yeux devinrent comme plus grands, et regagnaient de leur couleur océan. Elle se sentait revivre. Comme elle en avait rêvé longtemps de cette claque-là ! Le grand jour était donc enfin arrivé. Bien qu’elle savait que cette dernière action allait probablement lui causer du tort, elle ne le regretta pas du tout. Au contraire, elle se sentait désormais libre, prête à galoper sur des prairies verdoyantes, à chanter avec les oiseaux, à sauter dans une cascade !

« Oups. Holly, t’imagines bien que j’suis désolée hein. Vu que tu t’inities à l’art contemporain, je te montre une façon efficace pour t’embellir. Genre si tu continues de te donner des claques comme ça tous les jours, ton visage deviendra moins rond. Tu aimes ?»

Autour d’elles, les passants gênés par la scène reculèrent un peu, comme pour éviter d’être contaminé par cette vague de folie qui régnait dans le cœur des deux demoiselles. Des chuchotements, des sourires. Visiblement, même s’ils étaient rangés du côté de la Mentaliste, ils étaient amusés par cette violence qui grimpait… Et grimpera-t-elle encore ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Mentaliste
 Mentaliste



MessageSujet: Re: Apocalypse Please — PV Holly   Dim 4 Sep - 10:28

    CLAC.

    La gifle avait sifflé un instant, avant de finir dans un claquement sec contre la joue de Holly. Sa tête valsa sur le côté. Elle n'avait pas eu le temps d'esquiver. Juste celui, une seconde avant, de voir dans l'esprit de sa demi-sœur ce qui allait lui arriver. Son visage paraissait la brûler à présent, comme chauffé à blanc. Un murmure parcourut l'assemblée des spectateurs. La jeune fille eut l'impression de voir son théâtre de marionnettes s'effriter sous ses yeux. Sa jolie pièce, sa formidable comédie, était en train de se transformer en un affreux acte dramatique. Une véritable tragédie en sa défaveur. Elle ne pouvait pas laisser passer une chose pareille. C'était tout simplement... Inconcevable. Ses pensées se mirent à bourdonner dans sa tête, tourbillonnant dans tous les sens. Lorsque la voix d'enfant de Katie s'éleva dans le jardin, le temps parut s'arrêter.

    « Oups. Holly, t’imagines bien que j’suis désolée hein. Vu que tu t’inities à l’art contemporain, je te montre une façon efficace pour t’embellir. Genre si tu continues de te donner des claques comme ça tous les jours, ton visage deviendra moins rond. Tu aimes ?»

    La poignée de secondes qu'avait duré cette tirade sembla durer des heures. L'adolescente entendit quelques unes des personnes encore présentes reculer, par prudence. Elles avaient bien raison. Lentement, Holly se redressa, toisant sa cible de toute sa hauteur. Plus aucun sourire, même moqueur, ne venait éclaircir son visage. Elle était juste sombre, terriblement sombre. Et en colère, plus que jamais. Désormais, elle se fichait du public, elle se fichait des spectateurs. De toute façon, ils seraient toujours de son côté, en vue de son influence. Et du fait qu'au moindre pas de travers, elle risquait de révéler au monde de Mystic Hall le moindre de leur secret. Bref, elle n'en avait rien à faire, de ses idiots qui n'étaient bons qu'à rire au moment indiqué. Maintenant, elle se concentrait uniquement sur une chose. Trouver comment faire le plus de mal possible à Katie, la faire souffrir autant qu'elle-même avait souffert. Davantage même. Elle voulait voir les larmes démolir son visage de bébé, l'horreur graver le moindre de ses traits. Il n'y aurait pas de pitié. Juste de la haine, encore, et encore, et encore, jusqu'à la fin. Jusqu'à ce qu'elle triomphe. D'une voix froide, tranchante, elle commença à réciter son texte. Le rideau de velours venait de s'ouvrir sur la véritable scène. Acte un, scène un, deux personnages en place, dans le jardin.

    « Espèce de sale bébé ridicule, t'as trouvé que ça pour m'abattre ? Imbécile. Tu viens de signer ton arrêt de mort. Je ne te pardonnerai jamais d'avoir posé la main sur moi, tu m'entends ? Jamais. Alors, maintenant, tu as de la chance, je vais te laisser le choix. Soit tu expliques correctement à tout le monde que tu n'es qu'une salope d'exclue et que tu ne sers à rien, soit je raconte tous tes secrets et je t'assure qu'à partir de demain ta vie ne seras plus qu'un enfer constant. »

    Sa voix s'était faite de plus en plus basse au fur et à mesure qu'elle avançait dans son affreux discours. Là, elle était vraiment hors d'elle. Peut importait les insultes. Peut importait ce que Katie pourrait penser de sa façon de parler. Elle n'en avait rien à faire. Elle sentait son masque de méchanceté s'incruster dans sa peau profondément. Elle en avait assez. Assez de tout, assez de rien. Elle voulait voir le monde exploser devant ses yeux, elle voulait voir cette demi-sœur détestée disparaître de la surface de la Terre. Sa fureur prenait une ampleur de plus en plus inconsidérée. Ses prunelles en devenaient de marbre. Son cœur n'était plus qu'un immense bloc de glace, prêt à exploser en millier de fragments coupants. Silence sur les planches. Une intermède d'une petite minute, ou rien ne se passe. Le public est terriblement calme, il n'a pas correctement entendu la tirade précédente et ne comprend pas. Du coup il attend la suite. Normal. Dans un murmure, Holly lâcha enfin ce qu'elle voulait être ses dernières paroles réellement fracassantes. Par la suite, elle pourrait alléger le ton et laisser à sa chère cible le temps de faire son précieux choix.

    « Par tes secrets... Tu vois ce que je veux dire, hm ? Je pourrais parler à Johan par exemple... Lui dire ce qui te trotte dans la tête... Lui raconter toutes les horreurs dont tu essaies de te convaincre sur son compte... Enfin, c'est juste un exemple parmi tant d'autre, n'est-ce pas Kaliyah ? »

    Son air hypocrite habituel regagna son visage, et un éclat de fierté traversa son regard tandis qu'elle se laissa tomber élégamment sur le banc. Sa jambe droite vint se croiser sur celle de gauche. L'acte un, scène deux pouvait débuter. Avec, dans le rôle principal, Katie Shepherd. Et sa réaction tant attendue. Rira bien qui rira le dernier, comme on dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


MessageSujet: Re: Apocalypse Please — PV Holly   Ven 11 Nov - 15:04

Katie continuait de sentir cette agréable dose d'adrénaline, qui se dissipait petit à petit. Elle flottait sur un petit nuage, bien cotonneux, d'un blanc immaculé; elle se voyait pousser des ailes blanches, et puis des cornes rouges sur sa tête. Et, quelques anges aux tridents de démon tournaient autour d'elle : c'était sa victoire, c'était sa journée. Sa minute. Et il ne pouvait pas en être autrement. Ces quelques minutes de pure folie, elle savait qu'elles seraient courtes, et que Holly allait riposter avec autant d'entrain, mais ces quelques minutes resteraient gravées dans sa mémoire. Ah, comme elle regrettait de ne pas posséder un don à ce moment-là ! Comme par exemple... Pouvoir rediffuser des images de sa mémoire. Et ainsi, elle pourrait les montrer à sa charmante soeur à chaque fois qu'elles se recroiseraient. Mais non. Enfin, ce n'était pas bien grave, car elle vivait un pur moment de délice. Elle avait presque envie de lui donner une seconde gifle, juste pour revivre cette extase. Et puis une troisième même pendant qu'elle y était. Et puis, elle ouvrirait même sa petite entreprise. « Une claque, pour un voyage paradisiaque ! »

Voilà, mademoiselle Katie était emportée loin de ce monde, ses pieds ne reposaient plus sur terre, elle flottait, emportée par une brise exquise.

Si bien qu'elle ne put même pas remarquer que Holly bouillonnait sur place de... de colère. Même de tout en fait. Son visage déformé par cette sombre émotion, non, elle ne put contempler rien de tout cela. Quel dommage, elle aurait pu lui faire un joli compliment sur ces traits exceptionnellement.. laids pour rester poli.
Pire encore, Katie venait surement de commettre une de ses plus grandes erreurs en ne prêtant même pas attention au discours préparé à son attention. Elle nageait parmi des plumes dans un océan de félicité, et elle « regardait » Holly d’un air hébété – ou plutôt, son regard était porté dans la direction de Holly, mais sans la fixer, sans l’écouter. Elle n’entendait plus rien. Elle n’entendait que le claquement divin, de sa main, au contact de cette peau (crasseuse ! il fallait qu’elle pense à la laver ensuite). Ensuite, elle entendait de nouveau ce claquement divin, de sa main, au contact de cette peau… Et encore. Elle finissait même par entendre le vent accompagner son geste, même la nature était de son côté.

« Je pourrais parler à Johan par exemple... Lui dire ce qui te trotte dans la tête... »

Johan quoi ? Cette milliseconde, ce fut une chute monumentale pour la jeune fille. Littéralement, elle avait l’impression d’avoir emprunté un ascenseur qui avait fait une chute libre de 100 étages. 101 étages même. La quatrième dimension. C’était une claque, sans doute plus douloureuse que celle qu’Holly avait reçue. Et elle s’en voulait de le reconnaître, mais pour le coup, ses paroles étaient bien plus tranchantes que n’importe quelle arme. Elle était pourtant habituée à tous ces mots envoyés en l’air, ces mots blessants à son égard, car des répliques acides, elle en recevait tous les jours du fait de son « statut » d’exclue. Mais là… C’était carrément. Autre chose. Une main plantée dans son cœur. Et qui y restait pour faire durer la douleur. Quelle douleur… Il fallait l’apprécier. Elle essayait. Il fallait affectionner ce mal, pour atténuer cette douleur. Mais impossible.

« Lui raconter toutes les horreurs dont tu essaies de te convaincre sur son compte... Enfin, c'est juste un exemple parmi tant d'autre, n'est-ce pas Kaliyah ? »


Est-ce que les larmes lui montaient aux yeux ? Est-ce que ses joues étaient rouges ? Elle ne savait pas. Le temps, quelqu’un l’avait stoppé, elle était perdue dans les engrenages de l’horloge vitale. Car elle le savait, tout ce monde à côté… ils n’attendaient que sa réplique. Ils n’attendaient qu’un « Non, je ne vois pas de quoi tu parles ». Ce serait la plus grande catastrophe du siècle, la pire honte de sa vie, si cela éclatait au grand jour. « Katie, l’idiote d’exclue qui avait des sentiments pour un mentaliste » - non non et non, elle ne pouvait pas voir cela ! Il était déjà assez dur pour elle d’admettre ce qu’elle ressentait, elle craignait le pire si cela se découvrait… Pas le choix, il fallait passer en mode défense. Elle savait qu’elle était en mauvaise posture, mais tant pis.

« Tu parles de moi ou de toi Holly ? J’ai bien vu comment tu le regardes tout le temps, faut arrêter tes délires là. »


Mais sa voix était tremblante. Elle perdait ses moyens. Fuir, loin, et loin. Tout oublier, tout effacer.

« Mais je reste sur ma position, avec de telles proportions, va falloir continuer de te donner des claques pour arranger cela, sinon, Johanouchou ne va jamais venir à toi ma pauvre. Et pendant que je suis dans ma minute conseil, tes cheveux, faut les laver de temps en temps. Non mais je dis ça, je dis rien… »


Ah oui, elle commençait à raconter n’importe quoi, c’est bien ça la panique après tout.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Mentaliste
 Mentaliste



MessageSujet: Re: Apocalypse Please — PV Holly   Ven 9 Déc - 19:10

    Voir un visage se décomposer, se briser en mille morceaux, perdre toutes ses couleurs pour devenir plus pâle que la mort... C'était grisant. En tout cas, pour Holly Shepherd, ça l'était. Surtout lorsqu'en face d'elle se tenait Katie, ou sa cible préférée. Oui vraiment, c'était exaltant, cet instant où l'on sent le pouvoir affluer, où l'on sait que le vent tourne en notre faveur. Un moment elle avait cru défaillir, funambule sur le point de perdre l'équilibre, quand elle avait reçu cette gifle cinglante en plein sur sa joue. La main froide avait claqué, il lui avait semblé que la partie s'annonçait mal pour elle. La vie lui avait alors paru bien triste, bien fade. Terne et sans espoir. Elle avait presque baissé les bras.
    Et puis.
    Finalement, sa demi-sœur était plus prévisible que ce qu'elle avait pensé. Elle n'avait même pas eu besoin de fouiller dans son esprit. Il avait suffit de quelques mots. Ces mots qui touchent, ces mots qui blessent, ceux mots que la jeune fille savait si bien choisir. Pour que le château de cartes d'assurance de Katie s'effondre. Hm, vraiment, il en avait fallu bien peu. Un seul nom en fait. Johan. Jamais Holly n'arriverait à comprendre cette fascination qu'ils avaient l'un pour l'autre alors qu'ils étaient si différents. En plus de ça, ils s'ignoraient, ils ne prenaient même pas la peine de sortir ensemble, d'exhiber leur attirance. Vraiment trop étrange. C'était ce qu'on appelait... L'amour ? Bah, n'importe quoi ! L'amour, ça n'existe que les contes de fée, pas vrai ? Moi, je ne sais pas aimer. Je ne vois pas pourquoi les autres seraient dissemblables.
    Étendue sur son banc, la jeune fille était donc plus ou moins plongée dans ses pensées lorsqu'elle sentit le souffle de Katie s'approcher. Sceptique elle tourna la tête ; pour avoir l'honneur d'être spectatrice d'une scène magnifique. Sa chère petite brunette, les larmes aux yeux, cherchant ses mots. Elle qui avait d'habitude une répartie en béton armé... Voilà qu'elle montrait une fêlure de taille. Très très intéressant. Holly sentit un large sourire se dessiner sur ses lèvres, sentant les phrases affluer petit à petit dans la gorge de sa jeune adversaire. Allez, répond Kaliyah. J'attends que ça chérie !

    « Tu parles de moi ou de toi Holly ? J’ai bien vu comment tu le regardes tout le temps, faut arrêter tes délires là. »

    Le tout avec une voix tremblante, paniquée. L'air ravi de la jeune fille ne fit que s'accentuer face à cette déconfiture. Vraiment, par moment, elle pouvait être la pire des pourritures... Le pire, c'est qu'elle trouvait ça amusant. Mais bon, au moins, elle se retint de rire. Tout au moins, jusqu'à ce que Katie reprenne la parole.

    « Mais je reste sur ma position, avec de telles proportions, va falloir continuer de te donner des claques pour arranger cela, sinon, Johanouchou ne va jamais venir à toi ma pauvre. Et pendant que je suis dans ma minute conseil, tes cheveux, faut les laver de temps en temps. Non mais je dis ça, je dis rien… »

    Là, elle ne put s'en empêcher. Elle éclata de rire. En réalité elle avait hésité une milliseconde entre rire et crier sa colère, avant de pencher pour la première option. Elle voyait bien que toutes ces phrases n'avaient aucun sens. Sa cible était bien trop déboussolée pour aligner des offenses sérieuses. Tout n'était plus qu'une attaque superficielle, inutile, tout du moins aux yeux de Holly. Elle se sentait victorieuse, comme s'il lui suffisait de tendre la main pour abattre son ennemie. Elle ne savait trop que faire, hochant sur ce qui était le plus intéressant à réaliser : l'achever directement ou bien laisser le suspens se prolonger un peu ? Comment agir, comment agir... La question était primordiale. Fascinante et importante. Finalement, l'adolescente décida de d'abord répondre à la provocation adverse. Elle verrait bien que faire par la suite, selon son bon vouloir. Pour l'instant, le plus urgent était de lui faire ravaler cet affront, aussi pitoyable soit-il.

    « Haha ! Tu plaisantes là, Kaliyah, c'est ça ? Moi, amoureuse de ce mec taciturne et triste comme pas deux ? N'importe quoi. Sincèrement, tu pensais arriver à me faire peut avec un truc aussi minable ? Bref. De toute façon, même si ce n'était pas le cas, je n'aurais aucun mal à te le prendre. Déjà parce que je suis moins ronde que toi. Ensuite parce que question cheveux je pense que tu es pire que mal placée pour parler. Enfin, vraiment, c'est quoi ton shampoing ? Du détergeant ? Et puis enfin... »

    Ah, voyons. Il fallait qu'elle termine sa phrase à présent. Que pouvait-elle bien dire ? Il lui fallait quelque chose de clinquant, de dur, d'impitoyable, de terrible. D'inébranlable, comme elle. Elle voulait la mettre à terre, cette usurpatrice, cette fille qui avait osé s'infiltrer dans sa maison quelques années plus tôt, cette gamine au visage insupportable. Elle ne pouvait pas la laisser s'en tirer pour avoir pris une partie de sa place dans sa propre maison, aussi minime eut-elle été. Quand papa, ce traître, a dit que tu allais venir vivre avec nous, moi, j'ai tout de suite été contre. Quand tu es arrivée, je l'étais toujours. Et cette opinion que j'ai de toi, elle ne changera pas de sitôt tu peux me croire. Je vais te démolir. Te démanteler le cœur comme si tu étais une poupée. Voilà. Elle savait comment terminer sa phrase laissée en suspend. C'était moche, très moche. Elle le sentait au fond de son cœur, comme une petite pointe de dégoût pour elle-même qui la titillait vaguement. Mais bon ; elle s'évapora bien vite. Dans ce monde, il n'y avait pas de place pour la pitié. Elle l'avait appris à ses dépends. Les gens pourraient bien penser ce qu'ils voudraient d'elle par la suite, elle n'en avait plus rien à faire. Sa voix se fit encore plus basse.

    « Et puis enfin, je sais ce qu'il se passe dans la tête de ton Johan tant aimé. Il te trouve pitoyable tu t'en étais rendue compte ? Il pense que tu as trop changé depuis votre enfance. Il ne peut plus te voir en photo. Il te déteste, te trouve répugnante. Ouh, comme c'est triste ! Dommage pour toi ma chère. Sur ce, ça te dérangerait de t'en aller ? Je ne compte pas partir moi-même. Et puis, c'est bien le rôle des Exclus de s'écraser devant les Mentalistes, hm ? »

    Je me dégoûte. Je dis des choses atroces. Et j'arrive à en rire. Ais-je seulement un problème ? Je sais plus, là. Le poids des mots est bien lourd. Trop peut-être. Enfin, il était désormais trop tard pour faire machine arrière. Oui, trop tard.
    Et dans ce tableau chaotique, Holly souriait.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Apocalypse Please — PV Holly   

Revenir en haut Aller en bas
 

Apocalypse Please — PV Holly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» rapport de bataille apocalypse
» Codex Apocalypse
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» "Konkour Gros Boum" fin d'année Apocalypse
» Apocalypse 45 cherche une guilde
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystic Hall :: Le Quartier d'Absinthe :: Les Jardins de Menthe-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com